Les mains de la soignante…

Le 9 décembre la commission d’enquête sur l’hôpital auditionnait des représentants des praticiens et des personnels soignants

Devant la Xème commission d’enquête sénatoriale Véronique Hentgen du Collectif Inter Hopitaux va faire, pendant 5 minutes, un état des lieux catastrophique de la situation de la santé…

Ce qui m’a frappé, c’est que tout ça se passe dans une immobilité quasi-totale. Elle va dire des choses terribles sans aucune implication physique… Le corps ne dira rien, à part sa main droite qui va torturer son stylo bille.

Alors j’ai recadré sur ses main, et j’ai mis un peu de musique derrière…

L’effet n’est pas garanti… mais je crois que dans cette main-là, que personne ne remarquera, est inscrite la vacuité, peut-être un certain désabusement…

Et je pense aux mains de cette femme-là…

2 thoughts on “Les mains de la soignante…

  1. Ce matin sur france cult y’avait super docteur sur les situations en Réa qui finalement expliquait qu’avec des super soignant-r-es ( genre plutôt guerrier–e-s) ben ça le faisait …
    Il disait pas que ça …Mais il m’a gonflé

  2. Je voudrai apporter un éclairage complémentaire sur la situation de l’hopital. Ce que décrit la soignante est terrible et je confirme par le vécu ses dires ( Quand je vois la Bachelot, faire la belle sur les plateaux télé j’ai envie de gerber! c’est en partie à cause d’elle que la T2A a vécu de grands moments ).
    Ce que je veux souligner , c’est que ce qui se passe à l’hopital , perso je le vis comme la collision de deux réalités, une qui est décrite d’une manière poignante et l’autre qui est une réalité culturelle qui elle est la résultante d’années de pratiques, de violences institutionnelles , de problèmes de formations……et du coup cette réalité est complètement occultée par l’urgence actuelle, alors que cette réalité n’est pas du tout abordée .
    Tu m’as souvent entendu parler sous formes d’anecdotes de moments violents vécus soit avec un toubib ou un soignant, soit indirectement avec l’institution qui n’est pas faîtes pour prendre en compte la différence. Cette réalité existe et existera de manière amplifiée même si la première est enfin prise en compte.
    Je vais te parler de ce qui est arrivé à une personne que je connais ( en fauteuil, IMC handicap de naissance, difficultés d’élocutions…) , suite a une mauvaise chute il a été obligé d’aller aux urgences! résultat il a passé une nuit sur un brancard dans un couloir .
    A partir de là, les deux réalités ne font plus qu’une ! Le manque de personnel, la fatigue l’épuisement sont une partie de l’explication, mais il y a aussi un manque total de bienveillance de prise en compte de la violence scandaleuse que l’on fait subir à cette personne. Ce que je veux dire, c’est que dans un environnement hospitalisé apaisé , ce genre de chose se produit et là c’est un problème de formation , un problème de comportements jamais questionnés , une violence institutionnelle . Les deux réalités ne font plus qu’une maintenant.

Répondre à Imagine Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.