La psy et le philosophe et le confinement

J’avais été frappé par Franck Lepage qui évoquait dans sa première conf, que dans un colloque on ne pouvait pas dire qu’on n’était pas d’accord avec une intervention et qu’il fallait trouver des biais, pour aller jusqu’à flinguer un intervenant. Pour mémoire j’ai mis l’extrait ici…

Je remarque que c’est un phénomène qui se passe aussi dans des émissions de radios quand il y a la présence d’au moins deux intervenant-e-s.

Chacun joue sa partition, et tant pis si elle est en contradiction profonde avec celle d’en face.. il n’en sera rien… A aucun moment l’un-e des deux ne dira , « vous venez de dire tout le contraire de ce que je pense… (sous-entendu « vous êtes ce contre quoi, je me bats »). Ça ferait désordre.. surtout à France-Culture. On laisse ça à Cnews.. au bas peuple… . Faute de vraiment débattre frontalement, méthodiquement, avec intelligence, c’est Cyril Hanouna qui récupère tout ça et produit du génocide mental à la toque, quotidiennement. Il n’y a peut-être pas de rapport ? C’est possible mais quand même je crois qu’il y a là un truc à creuser…

Bref c’est ce que j’ai ressenti ce matin avec le débat entre Comte Sponville (Philosophe…)  et Sophie Braun (Psychanalyste)

Autant Comte disait de la merde sur un ton d’automate, autant Sophie Braun, disait des choses sensibles, subtiles… Chacun restant dans son couloir avec ces formules qu’évoquait Lepage. Là c’était du genre (je rejoins(l’autre)…, je suis d’accord avec(l’autre)) et développait alors une pensée en contradiction avec la personne en face…. Quand ça aurait été intéressant de débattre réellement… Après je ne sais pas si Comte est capable d’un vrai débat…

Si vous avez une porte ouverte à défoncer demandez lui, il le fera avec une élégance…comme si elle avait été fermée… si si !

Donc après avoir écouté ces échanges qui traitaient de « Santé mentale : la tentation de l’auto-confinement »  j’en voulais presque à Sophie Braun de ne pas aller au  charbon…

J’ai failli remonter l’émission en virant Comte, mais bon, je ne peux pas tout faire non plus…

Reste ce qu’elle dit est passionnant .. ce qu’elle dit par exemple sur la peur de l’autre…  faudra que je réécoute…

Je colle des citations de Sophie Braun:

J’ai commencé à écrire mon livre il y a cinq ans car je voyais déjà des patients se refermer sur eux-mêmes. Il faut aider les gens à ressortir ou nous aurons une énorme épidémie de gens cloîtrés.

//////

Les introvertis heureux, ceux qui ont une vie intérieure riche ont adoré cette période. À l’inverse, les extravertis, pour qui la vie extérieure et importante, ont très mal vécu les confinements. Il y a ceux qui étaient déjà fragiles au niveau psychique et qui le sont encore plus en cette période.

////

Par définition les personnes qui sont restées chez eux, on ne les voit pas. Je crois que cela concerne toutes les générations aujourd’hui. C’est difficile aussi de les dénombrer. Avant le Covid il était déjà difficile de les compter car il y avait des dénominations différentes : burn out, charge mentale, phobie scolaire, dépression. Derrière ces dénominations différentes il y a un phénomène grave en sous-terrain qui est la peur de l’autre comme une relation. Il faut dire que le virus est toxique mais les gens ne le sont pas. Sophie Braun

>

À partir de l’adresse <https://www.franceculture.fr/emissions/linvitee-des-matins/sante-mentale-la-tentation-de-lauto-confinement-avec-sophie-braun-et-andre-comte-sponville>

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.