La guerre c’est la poursuite de la compétition, avec des armes…

Je trouve que ce titre que je viens d’inventer est génial et dit tout.. ou presque.. je m’explique:

Dans ces périodes si agitées, où je me sens inutile, impuissant etc… je e sens obligé de me poser la question, qu’est-ce qui dans nos vies fait qu’au bout du bout, toute cette merde surnage…

En quoi nos pratiques quotidiennes contiennent des ferments catastrophiques…

Un des paramètres c’est , il me semble, cette situation de compétition pour tout et rien, le classement dès l’école primaire (même avant), les participations à des concours très gentils ,de la plus belle maison fleurie, aux concours de nouvelles, en passant bien, sûr par les compétitions sportives ou autres… Le nombre de festival en tout genre où on mets de la compétition pour délivrer un prix…

Et les lauréats qui sont heureux reconnaissants… avec si peu de mots pour les perdants…

Il me semble qu’au bout du bout se trouvent les armes, la guerre… le sang… l’horreur absolue…

Faudrait déjà commencer par là… virer tout ce qui est compétition.. c’est facile, non?

Le milieu artistique est baigné dans les compètes, les prix, les distinctions. Alors quand un « Artiste » rejette ce système, ça me fait comme un baume au cœur. Ici c’est Albert Dupontel qui prends position… Après comme je suis un vieux grognon, je me dis que ça ne va pas durer, qu’avec le temps il mettra de l’eau dans son vin.. Faut donc profiter du moment. C’était il y a un an à propos de son film « Adieu les cons »

Avant la sortie de son film en octobre dernier, Albert Dupontel avait expliqué ses raisons de ne pas se rendre aux César par principe …

« Ça fait plaisir que mon équipe et son travail soient reconnus »

« J’ai beaucoup de prudence par rapport à la définition ‘être le meilleur de quelque chose’. Je trouve qu’être le meilleur en matière de goût, c’est une histoire très personnelle (…) Le meilleur vin, c’est celui que vous aimez, le meilleur film c’est celui que vous avez aimé. Ce n’est pas discutable, ce n’est pas négociable. »

Pour Albert Dupontel, ne pas courir après les récompenses est un choix presque philosophique. « Être artiste, c’est chercher à élever son niveau de conscience. J’ai conscience de l’absurdité de cette définition. De sa réduction aussi », estime-t-il avant de citer le célèbre neurobiologiste Henri Laborit. « Il a une phrase qui m’a souvent hanté : ‘l’intelligence se fout de la compétition’. Partant de loin en ce qui concerne l’intelligence, j’essaie justement de ne pas trop être compétitif », ironise-t-il.

« Je dirais que géopolitiquement, être le meilleur, c’est quelque chose qui est en train de faire fondre la planète »

« Toutes ces multinationales, ces produits, ces hommes d’affaires qui veulent être les meilleurs. Le résultat, c’est que la banquise fond et on se chope des virus. Donc ça serait bien d’arrêter d’être le meilleur et d’être juste soi-même, d’écouter un petit peu autrui et je pense que la planète peut se calmer. Mais bon, je ne suis pas sûr d’être entendu parmi les meilleurs ! »

One thought on “La guerre c’est la poursuite de la compétition, avec des armes…

  1. Bon… comment dire… tiens j’ai suivi tout un séminaire sur «  comment dire » … y’en a plein actuellement qui pense qu’il suffit de dire simplement ce qu’on pense comme on le pense sans se soucier de la façon dont celui qui entend risque de l’entendre… je ne suis pas de ceux-là …
    Revenons à nos moutons. Il me semble qu’il faut se méfier des choses qui ont l’air d’aller de soi…
    Dès le départ….(!) les choses sont pipées . Pourquoi Cain tue-t-il Abel? Même si on ne croit pas à ce mythe, il faut bien reconnaître que tous les mythes fondateurs sont construits sur le même type. Ça veut bien dire quelque chose.
    Même avant les notes à l’école, les compétitions en tout genre, la naissance des états nations et tout ce qui fait la distinction entre en être ou pas… aussitôt que 2 Humains sont en contact….le risque de guerre existe!
    Alors?….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.