La cause et le photographe

Une amie m’a indiqué cette photo qui figure sur le Fesse Bouc du Festival de photo MAP Toulouse .. qui se déroule actuellement dans cette ville donc.

Son commentaire: « Je hais les photographes » Comme je sais que, quand elle dit ça , elle sait de quoi elle parle …j’ai été voir de plus près sur la publicité faite du Festival…
Et là, je n’invente rien, je ne fais que recopier en sortant un peu l’extrait de son contexte, mais si peu…

« Du 8 mai au 5 juin, les visiteurs pourront ainsi découvrir cette exposition consacrée à l’engagement de Francesco Zizola qui s’est mobilisé pour documenter le sauvetage de migrants aux côtés de Médecins sans frontières. « 

Source
Si on mets en relation ce texte, et la photo où son nom domine , mis en avant, de façon obscène quand au sujet de celle-ci ,il y a un soucis.

Qui est dominant ?

Comme si le sujet , la thématique abordée, servait d’abord à faire ,en premier lieu, la promotion de l’ « Artiste ».

C’est une chose que j’ai souvent observée du côté du documentaire, c’est que le but est rarement la thématique, le cas, la cause traitée, mais la promotion de la personne qui a son nom sur l’objet produit. Cela peut être un film, mais aussi des photos, voir des écrits…

J’ai commencé mes activités en mettant mon nom sur les films que je faisais, en en espérant, plus ou moins consciemment , l’obtention d’un statut ,qui n’est jamais venu.
Depuis quelques temps je ne signe plus, pour laisser l’entière place à ce qui est filmé… Faut dire que je ne l’attends plus, ce statut…

L’important, l’essentiel n’étant pas celui ou celle qui filme mais ce qui est filmé…

Et puis il y aurait aussi la question de faire des belles images avec la misère… mais c’est encore une autre histoire…

One thought on “La cause et le photographe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.